mardi 21 février 2017

Fragiles

Six petites histoires glanées au cœur des vies


Titre: Fragiles

Auteur: Sylvie-Marie Pierquin

Edition: Chloé des Lys

ISBN: 978-2-87459-898-2

Prix: 11,50

Pages : METTREPAGES


Des histoires tragiques, des nouvelles pleines d'espoir également. 
Une touche tantôt humoristique, tantôt un peu plus triste.
Mais elles ont toutes un point commun :

La vie nous rend fragile.


Avis


Tout d'abord, je me dois de remercier chaleureusement les éditions Chloé des Lys pour cet envoi. Encore une fois, ce fut une belle surprise ! J'aime beaucoup les recueils de nouvelles, mais jamais l'un d'eux ne m'avais touché à un tel point jusque ici. En sortant des petites histoires de Sylvie-Marie Pierquin, je me suis sentie, moi aussi, fragile. Cette chronique ne sera pas très longue car le problème dans un recueil, c'est que c'est difficile de ne pas spoiler.

Pour ce qui est des six petites intrigues, je les ai trouvées, dans l'ensemble, bien ficelées. Malgré le thème qui les touche toutes, j'ai trouvé qu'il manquait un lien entre chacune. L'auteur a énormément diversifié ses récits, utilisant parfois le narrateur interne, d'autres fois l'externe. Un peu de présent, un peu de passé etc.. Néanmoins, le contexte de chaque histoire est plutôt pas mal mais il est vrai que j'ai eu un coup de cœur pour la troisième nouvelle : Félicie.

<< Le rituel s'installe : l'eau presque bouillante qui frémit dans la casserole, les deux capuchons de Dettol que je verse dans la bassine avant de la déposer par terre.>>

Et si nous reprenions vite fait chaque histoire séparément ?

Il y a la lombarde, qui nous emmène dans des pensées tristes, nostalgiques. Dès la deuxième page, on sait pertinemment ce qui va arriver. Pourtant, malgré nous, on refuse cette fin. Le seul reproche que j'ai à faire ici, c'est le manque de descriptions. Il y a certains détails qui, ajoutés, aurait été plus qu'à leur place.

La clef ? ainsi que la nouvelle jardins secrets ! De mieux en mieux. Ici, on entre dans un récit en deux parties, on découvre des personnages avec une histoire ! Cette fois-ci, la chute est énorme et l'auteur nous emmène petit à petit vers sa découverte. D'autant plus qu'il y a une leçon de vie cachée dans son texte pour moi : nous pouvons tous faire des erreurs et il faut les accepter.

Nous allons ensuite vers Félicie, la meilleure, la plus touchante. Le bouquin est d'ailleurs dédiés aux Félicie. Deux jeunes femmes qui viennent rendre visite à une vieille dame toutes les semaines. Dis comme ça, ce n'est pas grand chose, mais quand on plonge dans la délicatesse, ça rend le tout magique et plus que poignant.

Comme elle, c'est une complicité entre deux personnages auxquels on s'identifie bien souvent. Au début, tout est flou, on se demande qu'est-ce que c'est que ça ? Et pourtant, il y en a de belles choses cachées derrière. Une fois de plus, les larmes ne sont pas au bord des yeux mais j'ai quand même en quelque sorte pleuré ; ce qui s'est passé m'arrivera un jour aussi et cette perspective fait bien peur.

Malheureusement pour moi, "un goût d'ailleurs" à un peu mal terminé ce recueil. J'ai trouvé qu'il manquait quelque chose. Pas de chute, pas de personnages poignants. Je n'ai pas ressenti grand chose en lisant cette dernière nouvelle.

<< Elle se dirige tranquillement vers la maisonnette de Laurent et Véronique. Nous n'entendons pas comment elle le demande mais nous la voyons se tortiller les doigts et faire la " faire la petite fille " quand Laurent vient lui ouvrir la porte >>

Un livre génial, poignant, mais pas parfait. Des histoires touchantes, qui nous font réfléchir et une auteure à découvrir. Ne vous lancez dans l'aventure que si vous êtes prêt à être touché et, pour les plus sensibles, à pleurer.

Pommedeterrement vôtre,

La patate

vendredi 23 décembre 2016

Phobos 3

Il est trop tard pour renoncer 
(attention, spoiler pour ceux qui n'ont pas lu les tomes 1 et 2 )


Titre : Phobos

Auteur : Victor Dixen

Edition : Robert Lafont

Collection : R

ISBN : 978-2-221-19573-4

Prix : 18,90

Pages : 620

Léonor et les autres pionniers de Mars avaient signés pour l'amour avec un grand A. Pour être les ambassadeurs de la colonisation de Mars. Après le speed-dating, les questions sans réponses, les vérités dévoilées, ils doivent faire face aux multiples dangers qui les attendent sur la planète rouge et même sur Terre, quitte à laisser une ou deux vies derrière eux.

Avis

Si il y a bien une chose que j'ai retenu avec Phobos, c'est qu'il ne faut jamais, et je dis bien jamais, le lire en période d'examen. Malheureusement pour moi, le tome un est arrivé entre mes mains fin juin 2016 et le tome 3, début décembre. Autant dire que, sur mon bureau, je me faisais violence pour ne pas attraper ce dernier tome à la place de mes cours. Heureusement, j'ai réussi à patienter, mais une fois les examens finis, autant dire qu'il n'a pas attendu longtemps avant que je ne le dévore.

La fin du tome deux avait laissé, ne nous mentons pas, une attente palpable. Certains s'accordent à dire que le deuxième opus était en quelque sorte cliché, mais personnellement, je n'ai jamais pensé ça. Phobos, plus principalement le programme Genesis ici, était avant tout un speed-dating, une émission de télé-réalité. Et quels sont les types de personnes que l'on retrouve dans ce genre d'émission ? Des gens bien foutus et souvent débiles. Victor Dixen, en plus de nous enlever ce dernier point, à déchirer un à un tous les stéréotypes que notre cerveau pourrait être tenté d'imaginer. Que ce soit dans le tome ' origine ' qui raconte brièvement la vie des 6 pionniers Martiens ou même durant tout le long de ce dernier opus, ( qui ne l'est pas vraiment, j'y reviens plus tard ) fini le monde parfait où tout le monde s'aime. L'Amour du premier coup, avec un grand A, ça n'existe pas.


<< J'en arrache une page et je la découpe en onze morceaux. Les autres me regardent en silence, tandis que j'inscris leurs noms sur ces bulletins miniatures. Puis je les plie en quatre et les mélange dans une des assiettes vides que Kris a apporté avec le dîner >>

Revenons à notre Cliffenger qui a brisé le cœur de plus d'une, j'en suis certaine. Il est évident qu'une fois livre entre mes mains, je m'attendais à ce qu'on arrive au moment exact où le tome 2 s'était terminé. Et heureusement, ça a été le cas. 
J'ai trouvé cette résolution de problème un peu trop longue et difficile psychologiquement. Un des points forts de ce livre, c'est le changement de narrateur que fait l'auteur. Tantôt sur Mars avec une Léonor en interne, tantôt sur Terre en compagnie de divers autres protagonistes en omniscients, cette ' résolution ' à été coupée à maintes reprises par ce changement de point de vue et a donc, de ce fait, traîné dans la durée. C'est un des moments clef de l'histoire, c'est pourquoi je trouve ça dommage.

Et se termine donc le seul point négatif que j'ai à faire sur cette histoire. Le reste de l'intrigue a été fichtrement bien menée. Victor Dixen sait comment tenir ses lecteurs en haleine. Il a également compris comment nous surprendre. L'action venait à point nommé, le suspens tout autant. Le long de ces 120 chapitres, pas une seule fois je me suis ennuyée. Il est vrai que je préfère les moments sur Mars que sur Terre, tout simplement parce que je me suis plus attachée aux douze pionniers qu'aux autres protagonistes. Les personnages ont, selon moi, tous quelque chose. Il est impossible de savoir tout sur la vie de chacun vu leur nombre, mais on comprend très bien qui ils sont et leur façon d'agir. Hormis l'antagoniste qui est insupportable, les autres sont attachants. Ce qui m'a le plus marqué c'est que sur notre petite base de Mars, j'ai eu l'impression de voir le reflet d'une planète entière sur certains aspects. Je ne sais pas ce que vous en penserez, mais le côté de pouvoir, d'argent, d'amour et de trahison m'a énormément fait penser à notre propre société, comme en miniature. Si c'est fait exprès par l'auteur l'image est très belle.


<< La fantaisie chic de la vice-présidente et son ton enjoué contrastent avec la mine sombre du président Green, enjoncé dans son fauteuil, les épaules rentrées. Assis sur deux chaises devant le bureau, se trouvent Dolores Ortega, la chargée d'Image à la présidence - elle baisse les yeux dès l'entrée de Serena dans la pièce - et un homme... >>


Ce qui est bien avec ce bouquin, c'est que l'auteur est français. Donc, nous avons droit à une version originale. Autant dire que ainsi, on a la vraie plume de l'auteur, et non pas celle d'un quelconque correcteur. Et Victor Dixen à une façon d'écrire bien à lui, que j'ai beaucoup aimé. Il a le soucis du détail, ce qui veut dire que dès que l'on passe en externe, des descriptions sont faites. Cela m'a permis de bien visualiser le décors, le cadre spatio-temporel etc... Certains pourraient trouver ça ennuyant, mais je pense que la façon dont c'est fait rend le tout fluide et agréable.

La fin... Les 100 dernières pages sont juste... Waouw. Je n'ai pas d'autres mots. A peine ce seuil franchi, j'ai lu de plus en plus vite, mon cœur est passé par tous les rythmes. Je voulais savoir  mais je n'avais pas envie de refermer le livre. Finalement, la première option l'a emportée... J'ai parcouru les pages, vite mais sans pourtant laisser le moindre détail de côté pour finir sur un dernier paragraphe où une larme s'est échappée de mon œil. J'ai cherché, mais il n'y avait plus rien, juste des remerciements. Heureusement que deux autres livres sont prévus dans cet univers ! Sinon, je n'aurais pas pu m'en remettre. D'autant plus qu'il reste des questions sans réponses... Des questions qui ont vraiment leur importance et qui pourraient faire de cet ouvrage que je considère comme de la science-fiction, un roman fantastique.

En bref, phobos c'est quoi ? Un livre émouvant, touchant, plein de rebondissements qui ne manquera pas de vous faire rêver et détester. Une plume fluide, une intrigue palpitante, des personnages que l'on a pas envie de quitter... Je n'ai qu'une chose à vous dire si vous ne vous êtes pas encore plongé dans cet univers : Allez-y ! J'étais moi aussi un peu réticente au départ mais je pense que vous ne serrez pas déçus !


<< La caméra dézoome légèrement, surprise par la violence de l'expression qui vient de passer sur le visage de Phoebe Delville - une expression de douleur authentique, à mille lieues d'une posture de communication. >>







vendredi 16 septembre 2016

S'il-te-plait, dessine moi un mouton

Une forêt entre rêve et réalité.


Titre : S'il te plait, dessine-moi un mouton

Auteur : Yvette H

Edition : Chloé des Lys

ISBN :978-2-87459-802-9

Prix : 13,50

Pages : 106

Un monsieur, en "panne dans sa vie" fait l'étonnante rencontre d'une vieille dame. Cette dernière, débarquant de nulle part, toque à sa porte avec une étrange requête à la bouche: elle aimerait qu'il lui dessine un mouton.
L'homme, fort surpris, la laisser entrer. Et pas que dans sa maison, également dans sa vie... Cette entrevue, bien insolite, ne sera pas la dernière. Car la vieille dame à tout un monde à lui présenter...


Avis

Tout d'abord, je voulais remercier les éditions Chloé des Lys pour cet envoi. Il faut bien l'avouer, en voyant la couverture de ce livre, je suis restée perplexe. Mais qu'est-ce que c'est que ça ? Un mouton violet. Étrange! Et puis, ce titre, qui sort tout droit du "petit prince"... Pourtant, même si l'histoire est très bizarre, il s'est avéré que le bouquin n'était pas mal du tout. Il y a un vrai univers derrière tout ça. 

Alors commençons. Ce bouquin, je l'ai un peu vu comme un tableau. Une fresque abstraite. Je ne sais vraiment pas si c'était voulu par l'auteure. Mais je sais que dans ce style de peinture, il se cache quand même quelque chose. Quand l'histoire a commencé, je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus réaliste. Alors qu'en fait, c'est loin d'être le cas. On part dans tous les sens. Cette différence est très positive. On sort des sentiers battus. On explore un univers complètement insolite. Et elle crée un mélange entre l imaginaire et le réaliste. Ce qui m'a le plus marqué, c'est sans aucun doute quand elle parle de peindre en mille couleurs l'air du vent. Je trouvais ce moment poétique et rempli de sens. La deuxième chose m'ayant le plus frappée, c'est qu'au fond, durant tout le récit j'ai voulu comparer cette histoire avec celle du petit prince. elles sont semblables avec leur part de changement.


<< Brocéliande, une forêt entre rêves et réalité. Magique par sa beauté et par ses légendes...Je n'ai ni la prétention ni le désir de réécrire l'histoire de ces héros. Je me suis tout simplement créé un monde imaginaire dans lequel je me réfugie quand la réalité me fait mal. >>

Les personnages sont vachement hors du commun. Ils sont tellement originaux, tellement comme on a pas l'habitude d'en voir ! Entre une vieille dame qui renaît de ses cendres, un homme amnésique, des drôles de dames ainsi qu'un poisson volant, on a de tout. D'après ce que j'ai compris, certains éléments sont inspirés de la vie réelle de l'auteur. Notamment les choupinoux. Des chiens qui ont, visiblement, une certaine notoriété... Enfin, vous l'aurez compris, on retrouve pas mal d'originalité, du jamais vu, et de l'intéressant !

L'écriture de madame H est très belle. Poétique. C'est la première fois que je rencontre ce genre de style. C'est surprenant. On a de l'implicite et de l'explicite, un melting pot de tout. Ce que j'ai préféré dans le roman, ce sont les chapitres qui n'ont pas vraiment de rapport avec l'intrigue principale. Je parle de rester soi-même ou encore quand Dame Crampon et Dame Martyre se rencontrent. Ils sont beaux, magnifiques et surtout, ils font réfléchir.

Bon, je pense que je vais m'arrêter ici pour cette chronique. Le livre est petit ( pt'it récit, pt'it avis ), je préfère ne pas gâcher le plaisir de la lecture. Même si je ne pense pas que ce bouquin peut être apprécié par tout le monde de par son originalité, j'ai aussi envie de dire qu'au fond, il est super intéressant et que, comme tout histoire, il vaut la peine d'être découvert. 


<< La nudité le rend si ridicule qu'Ombelle ne peut s'empêcher de rire à gorge déployée. Ce qui irrite le bouleau au plus haut point :
-Arrêtez donc cela et appelez Merlin, je commence à prendre froid.
-Avez-vous oublié, mon cher, que Merlin est en voyage... >>

vendredi 26 août 2016

Cité 19

Pour échapper au pire... Elle se réveille il y a 150 ans.



Titre : Cité 19

Auteur: Stéphane Michaka

Edition: PKJ

ISBN: 978-2-266-24141-0

Prix: 16,90

Faustine, adolescente de terminale, doit aller à la morgue afin d'identifier le corps d'un homme retrouvé mort en dessous de la tour Saint-Jacques, celui-ci est censé être son père. Sauf que là, surprise ! La jeune femme est certaine que cette main ne peut être celle de son papa. Bien décidée à le retrouver, la belle s'engage sur une piste qui l'amène d'une station de métro à un réveille 150 ans en arrière. Comment Faustine s'est-elle retrouvée en plein milieu du 19 ème siècle ? Depuis quand le voyage dans le temps est-il possible ?


Avis

Je sors de cette lecture un peu chamboulée. Malgré ce que j'avais entendu et lu sur ce bouquin, je ne m'attendais pas à ça... du tout. Ce roman, qui m'a été offert il y a peu, n'est pas un coup de cœur mais un tome 1 qui promet une saga très riche en rebondissements. En tout cas, on en redemande.

La première moitié du livre plante les bases de l'histoire. On découvre Faustine, ses amis, on fait un petit pas dans son passé. Celui-ci n'est pas de tout repos. Une mère partie il y a douze ans, une partie de sa jeunesse bagarreuse... En gros, on nous montre sa vie. Une vie qui, au fond, est banale, avec des tensions tel qu'une amie se disputant pour un garçon, les cours, bientôt le bac... 
La deuxième moitié, elle, il n'y a pas de mots pour la décrire. Un élément vient faire bouger l'histoire et dérange tout. Franchement, je n'ai rien vu venir et ce nouveau point de vue change complètement la vision de l'histoire. A partir de ce moment là, on nous donne des réponses, petit à petit durant tout le reste du bouquin. Si, pour certains lecteurs, le moment où l'on plante le décor leur donnent envie d'abandonner, je n'ai qu'une chose à leurs dire ; poursuivez !

<< Amoureux du XIX siècle ? Rejoignez nos promenades historiques. Les Illuministes vous feront voyager dans le temps ! Prochain rendez-vous vendredi 5 juin à minuit. Pour savoir où débute le parcours, appelez le numéro suivant... >>

Notre protagoniste, Faustine, est un personne courageuse. Elle ne reste pas là assise par terre à attendre que des personnes viennent faire le travail à sa place. A ça non ! Dans cette époque où les femmes ne sont pas vraiment encore considérée comme égales de l'homme, elle décide de se déguiser en une personne de l'autre sexe afin d'être libre de ses mouvements. Cette facette de sa personnalité m'a beaucoup fascinée. Même si c'est un '' déguisement '' souvent retrouvé dans divers livres, jamais je ne penserais à faire ça. Par contre, un autre partie d'elle-même laisse perplexe. Son père a disparu, est peut-être mort ? Pas de larmes, pas d'émotions. La seule chose qui lui vient à l'esprit c'est le retrouver. Ses certitudes ne tombent pratiquement jamais. Par contre lorsque une amie, rencontrée quelques jours plus tôt, tombe dans l'oubli éternel c'est presque comme si le monde d'écroulait. Incohérence ou incompréhension du personnage ? Quoi qu'il en soit, malgré tout, c'est une jeune femme sympathique à suivre et qui, personnellement, ne m'a pas tapée sur les nerfs.
Je vais passer outre les autres personnages. Je pense ne pas les connaître assez pour leur coller une étiquette qui sera peut-être infondée. Je verrais bien ce qu'ils me réservent dans le tome 2.


<< -S'il vous plaît, ne me laissez pas dans ce tunnel...
Sauf qu'elle n'était pas dans un tunnel.
Ses yeux venaient de s'ouvrir et lui faisaient voir tout autre chose...>>


La plume de Michaka m'a beaucoup plu. Il a une façon fluide de faire diverses descriptions sur les anciens lieux parisiens qui parfois m'ont fait rêver. En particulier lorsqu'il parlait des robes. Par contre, à certains moments, il y avait des passages un peu lourds qu'on ne peut pas réellement lui reprocher car c'est le cas dans toutes les histoires. Mais ce que j'ai le plus apprécié, c'est que, tout simplement, le livre est en VO étant donné que l'auteur est français.

En quatrième de couverture, on me promettait un bouquin mélangeant science-fiction, historique et thriller. C'est loin d'être une phrase jetée comme ça dans le but d'être accrocheuse. On retrouve parfaitement le côté Histoire en ce promenant dans les anciennes rues de Paris. Quant aux deux autres points, loin de moi l'idée de vous spoiler.

Bon, pour conclure, Cité 19 est un livre riche en tout sens. L'idée est bien partie pour être exploitée à 100 %. Les personnages, du secondaire au plus important, sont tous bien complets et on n'a pas un sentiment de trop peu en les quittant. 
Si la fin peut en intriguer certains, pas de problème ! Le deuxième volume est sortit en mars et l'attente pour le troisième ne sera pas trop longue !

<< Elle tressaillit en attendant le nom du criminel.
Et aussi parce qu'il la dévisageait avec son regard de type à qui on ne la fait pas. Elle eut l'impression d'étouffer. Sa poitrine lui parut soudain trop stressée sous le bandeau de tulle.
Elle se hâta de sortir en fermant derrière elle la porte capitonnée. >>


mardi 16 août 2016

Nos âmes jumelles

Sonia est la Plume, Lou le Crayon.



Titre: Nos âmes jumelles

Auteur: Samantha Bailly

Edition: Rageot

ISBN: 978-2-7002-4288

Prix: 12,90

Sonia est une jeune femme de 16 ans épanouie qui rêve de devenir écrivain.
Lou est beaucoup plus réservée, son rêve c'est de vivre sa passion pour le dessin.

Un jour de septembre, Sonia décide enfin de publier un de ses poèmes sur le site "Trames", qui permet aux auteurs et dessinateurs de mettre en ligne leurs travaux. Très vite, elle se fait accepter par le petit groupe du forum et une collaboration est mise en place avec Lou pour l'écriture d'une nouvelle illustrée.

Bien que très différentes l'une de l'autre, les 2 adolescentes vont apprendre à se connaître et former un duo de choc duquel naîtra peut-être une belle amitié.

AVIS

Comment dire ça, ce bouquin, je l'ai dévoré, adoré. Pour tout vous dire, il a été acheté un lundi après midi, je l'ai commencé le soir même et je l'ai terminé le lendemain matin. Et le tome 2 ? Lu la même semaine. Bref, j'aime ce bouquin. Et il est devenu mon livre favori de tous les temps ( enfin...pour le moment). Et ça fait un petit temps qu'il l'est à présent !

Comme dis dans le résumé, l'histoire commence en septembre, peu avant la rentrée des classes. On apprend à connaître nos deux héroïnes. Leurs passions, leurs vies, leurs problèmes respectifs. Deux caractères bien différents en tout cas. Ensuite, tout s’enchaîne, elles sont mises en contact et là, le livre devient génial. On suit aventures, cheminement et évolutions !

Sonia, ahhh Sonia. C'est le genre de fille belle, populaire, toujours souriante et passionnée. Elle a un meilleur ami, une famille aimante. A première vue, c'est la belle vie. Mais comme souvent, derrière le masque, il y a une autre personne. Trouvant ses parents trop laxistes, elle vit au pensionnat de son lycée. Sous ces airs confiants, il y a une part de faiblesse. Elle n'est pas invincible. 
Lou, elle, a des parents séparés, une mère très stricte qui veut qu'elle réussisse tout, au dépend de ce qu'elle aime réellement ; le dessin. De plus, elle n'a plus de contact avec son père depuis qu'il a une nouvelle compagne. La jeune femme, timide et réservée n'a pas du tout une vie simple.
Je me suis énormément attachée à cette dernière. Nous avons un certain nombre de choses en commun. Quant à Sonia, elle ne me ressemble pas du tout. Cependant, la passion de l'écriture qui émane d'elle m'est très familière.
S'il y a bien un autre personnage que j'ai aimé dans ce bouquin, c'est le professeur de Français de Sonia. Il avait des raisonnements géniaux.

J'ai également adoré la mise en page. Chaque mois était divisé en deux chapitre, l'un où l'on suivait Sonia, l'autre Lou. Grâce à ce concept, Samantha Bailly ne fait pas traîner l'histoire et la rend d'autant plus entraînante. Et même si c'est super, j'avais tout de même l'impression de passer à côté de quelque chose. En particulier les anniversaires. Je pense que ça aurait été intéressant de voir comment ça ce passe de chaque côté ( dans le tome deux, il y a celui de Sonia ). 
Avant chaque chapitre, il y a un genre de '' dialogue '' entre les deux jeunes femmes. Un court paragraphe qui apporte tellement de choses, sans eux, l'histoire ne serait pas ce qu'elle est.

J'ai l'impression que plus j'avance, plus le narrateur externe me semble fluide et agréable. Ici, encore une fois avec Bailly, je n'ai pas ressenti de vide, de moment lourd. Tout s’enchaînait bien. Je ne vois pas quoi dire d'autre en fait, là-dessus. Pour moi, c'était parfait. 

Bon, finalement, ce n'était pas très constructif tout ça. J'ai juste complètement aimé. Tout dans cette histoire, dans cet univers, tout était parfait. Mon seul regret, c'est d'avoir attendu si longtemps pour lire des romans de cette auteure.

A bientôt,

La patate

Extraits:

" Elle voudrait un changement progressif, subtil. Devenir un brin plus féminine sans se transformer en pot de peinture "

" Si parfois elle doute, c'est simplement qu'aucun des scénarios qui se déroulent dans la réalité n'est à la hauteur de ce qui se trame dans son esprit "

" Mon problème Lou, c'est que j'aime aimer. Que je tombe amoureuse de l'idée de l'amour plutôt que du garçon "




.


mardi 9 août 2016

Tag n°3 : Summer book tag !


Ah, l'été, les vacances... La plage, au bord de la piscine, le soleil éblouissant, un bon livre à la main. N'est-ce pas une des meilleures périodes pour lire un bon bouquin? Je pense que si ! Et un petit tag rafraîchissant, ce n'est pas mal non plus. Trêve de blabla, let's go !

One ! Un livre qui se passe en été 







Je vais essayer de prendre un bouquin que je n'ai jamais présenté dans un tag. Un coup d’œil à la bibliothèque... Et je sors, Cherry Crush ! Un roman frais et rempli de mensonges, parfait pour se détendre à la plage ! Même en anglais, la plume de Cathy Cassidy est fraîche et fluide, il rassemble tout les éléments d'un bouquin jeunesse facile à lire.









Two ! Un livre parfait pour la plage





Difficile, car il y en a vraiment beaucoup. Je vais reprendre un bouquin que j'ai déjà lu au bord de la piscine, et que je trouvais vraiment parfait pour l'été. Attention, il date un peu, mais on ne va pas s'attarder sur des détails ! Je trouvais vraiment l'histoire géniale et c'était pas mal de le lire en vacances. Sous le soleil chaud d'Espagne...

Three ! Le livre que tu utiliserais pour allumer un barbecue





Je ne suis pas quelqu'un qui a tendance à détester beaucoup de livres, donc je vais piocher dans les rares que je n'ai pas aimé. C'est bien le seul livre que mes professeurs m'ont demandé de lire qui m'a saoulé du début à la fin. Je pense que les romans qui portent sur la Rome antique ne sont décidément pas fait pour moi. Hop, dans le barbecue !








Four ! Un livre avec une couverture qui représente les beaux jours 






C'est de nouveau pas très facile. Je vais retourner voir ça. Niveau couverture, j'en ai plus des hivernales qu'autre chose. La seule qui convient au thème vient d'un livre que je n'ai pas encore lu, et ce n'est pas le beau jour qu'il représente, mais plutôt une chaleur étouffante : la terre brûlée de James Dashner !








Five ! Un livre qui nous fait voyager dans un pays chaud






Je n'ai pas hésité longtemps. Je pense que l'Afrique est parfait comme pays chaud non? Avec les jumeaux Mandela et Nelson, on a le droit à une bonne virée au soleil. Sur le sol dur et prêt pour jouer au football.










Six ! Un livre sombre comme un orage d'été






J'ai été tenté de mettre Histoire à mourir de vivre, que j'avais déjà présenté, mais non, ça ne vas pas. Le seul autre livre plus sombre que celui-là que je connais, je suis auteur dedans. Pas trop pratique tout ça. Finalement, on va aller moins dans la noirceur et je vais vous mettre Hunger Games de Suzanne Collins que l'on a plus besoin de présenter.







Seven ! Un livre qui fait référence au soleil, à l''été....






C'est toujours aussi compliqué à trouver... Pour le coup, encore un livre qui n'est pas récent, et que je n'ai pas franchement apprécié, à part le tome 1 qui était plutôt marrant. Un été pour tout changer de Melissa de La Cruz. Je pense que le titre dit tout non ?









Eight ! Un livre frais, comme un sorbet !





Ce bouquin m'a rafraîchi, dans tout les sens du terme. Et ne parlons pas du film qui m'a fait pleurer à chaudes larmes. Je pense vous en parler très bientôt !












Nine ! Un livre que tu ne regretterais pas de faire tomber dans la piscine





Je n'ai vraiment pas aimé nos étoiles contraires. Mais vraiment, vraiment pas. Je pense que j'en attendais tellement, qu'il ne m'a fait ni chaud ni froid. C'est dommage, mais quoi qu'il arrive, s'il tombait dans la piscine, ça ne serait pas trop grave !











Voilà, ce tag est terminé !

Bisous salés,

La patate !

mercredi 27 juillet 2016

Si je reste

Si je reste, si je vis. C'est moi qui décide



Titre: Si je reste

Auteur: Gayle Forman

Edition: PKJ

ISBN: 978-2-266-19818-9

Prix: 6,30

Sur un bord de route alors qu'il neige beaucoup, une famille se fait percuter par un camion. Alors qu'autour d'elle, les pompiers et les ambulanciers s'affairent pour sauver du mieux qu'ils peuvent la petite famille, Mia est comme détachée de son corps et elle voit tout ce qui se passe autour d'elle. 
Entre tentatives des médecins pour la sauver, famille et amis qui viennent la voir, la jeune femme se rappelle également sa vie, ses passions, ses amours.
Un dilemme s'impose alors. Doit-elle rester et se battre ? Ou alors partir vers un lieu inconnu mais où elle ne souffrira plus ?

AVIS:

Un tour à la fnac, une frustration de ne pas avoir le livre que tu es venue chercher... Et hop, un nouveau livre imprévu dans la pal. Pas mal l'histoire non ? 
Après m'être rendue compte qu'il y avait un film avec Chloé Grace en actrice principale, je me suis décidée à plonger dans ce bouquin dont j'avais beaucoup entendu parler. Vous devinez déjà mon avis, surtout quand je commence comme ça. En gros, j'ai adoré. Dès que j'ai terminé le livre, j'ai regardé le film et j'ai pleuré. De grosses gouttes ont coulé. Je vous en reparle un plus bas !

Comme dans beaucoup de livre, l'histoire ne traîne pas trop. L'accident est vite arrivé. Ensuite, nous plongeons dans les souvenirs et le chaos... En particulier liés à la musique. Dans de nombreux rappels, Mia nous montre sa passion pour le violon et pour ses parents, fans de rock. Dans toute l'histoire, la musique est très importante. 
Il y a aussi une grande place pour l'histoire liée à son petit copain, son amie et son enfance. Sur un peu de tout en fait. C'est très bien ficelé, ces flash-back qui viennent interférer avec ce qu'elle voit à l'hôpital.

Le personnage de Mia à beau m'avoir émue au niveau de son histoire, j'ai n'ai pas eu d'atomes crochus avec elle. Nous ne nous ressemblons pas, il n'y a pas de passions communes... Elle a été tout de même sympathique à suivre. En fait, le mieux avec elle, c'est qu'elle était banale. C'était une fille tout à fait normale qui a un accident. J'ai l'air d'une psychopathe quand je dis ça, pourtant, c'est la vérité. La mort vient prendre des gens peu importe qui ils sont... pas que des célébrités, des symboles...
Les autres, ceux qui entourent Mia tout au long de sa vie et de son coma ne m'ont pas spécialement bouleversé. Chacun vit le deuil, le coma d'un proche d'une manière différente et c'est ce qui rend le livre intéressant également.

Je n'ai pas trouvé la plume de Forman extraordinaire. Autant des fois, elle m'emportait loin, autant d'autres fois, elle me donnait envie de refermer l'histoire et d'attendre un moment. Je ne sais pas, c'était.. bizarre.Ceci dit, il est possible que ce soit également la traduction qui rend le tout parfois lourd.

Ok, pour le moment, j'ai l'impression de cracher sur le livre alors que dans son ensemble, je l'ai adoré. C'est même un énorme coup de cœur pour moi ! Rien n'est jamais parfait dans un livre, et malgré ça, le côté tragique, le côté de '' je pars ou je reste '' l'histoire en générale... C'était franchement géniale.

Ce bouquin parle sans l'écrire mot pour mot, de NDE. C'est à dire, être dans le coma et voir ce qu'il se passe autour de soi etc... Il y a une préface et une postface de l'éditeur dans le livre. Je vous conseille tout de même de lire les deux à la fin car la préface est, à mon sens, un peu spoilante.

La fin. Ahhhh, la fin. Je m'y attendais sans m'y attendre, vu qu'il n'y avait que deux possibilités. Je reste ou je pars... Quoi qu'il arrive, elle en aurait été touchante.

Je ne vais pas vous faire un monologue sur le film. Je vais essayer d'être rapide. Je le trouve très bien adapté, mais il manquait une scène que pourtant j'attendais avec une grande impatience. Je la trouvais assez sympa et je pense qu'elle aurait très bien rendu. Les acteurs jouent bien, même si, encore une fois, il en manquait un ou deux. 
La seule '' gêne '' que j'ai ressenti dans ce film est la présence trop imposante de la meilleure amie. Elle ne l'était presque pas dans le livre, et là, on la voit même aux repas de famille. 

Un livre touchant qui n'est pas sans défauts et une adaptation magique qui en fera pleurer plus d'un, même les insensibles.

A bientôt,

La patate



EXTRAITS

" Je me rends compte maintenant que c'est facile de mourir. C'est vivre qui est difficile'' 

" Celle que tu es cette nuit est la même que celle dont j'étais amoureux hier et la même dont je serais amoureux demain. Je t'aime fragile et dur, cool et casse-pieds "

" Les films et les romans se finissent généralement quand le couple échange son premier baiser. On suppose qu'après, ils sont heureux. Les choses ne se sont pas passées exactement de cette manière pour nous. "